Rabindranath Tagore

Biographie Rabindranath Tagore
Rabindranath Tagore
Mashi, et autres nouvelles

Éditions de La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0154-1
Prix : 5 euros
Disponible chez • GoogleFnacKoboAmazoniTunes
et autres librairies numériques
Rabindranath Tagore

Poète et philosophe indien d'expression bengali, Rabindranath Tagore, quatorzième enfant de Maharshi Debendranath Tagore et de Sarada Devi, est né à Calcutta le 6 mai 1861.

Le nom Tagore est la forme anglicisée du mot bengali Thâkura (du sanskrit "homme noble", "seigneur"). Ses premières années s'écoulent dans un milieu familial empreint d'une profonde religiosité. Il se rend une première fois en Angleterre en 1877 pour y suivre des études de droit. Le séjour ne fut pas long et, de retour en Inde, Tagore se consacre, selon le voeu de son père, à l'administration de la propriété familiale. En 1880, il publie un premier recueil de poèmes, Sandhya Sangit (Chansons du soir). Il se marie en 1883, est élu Vice-président de l'Académie des lettres bengali et devient en 1894 rédacteur de Sadhana, un journal édité par la famille Tagore. En 1898, il prononce une importante allocution politique, Kantharodh (Les étranglés), lors d'une réunion publique à Calcutta. Il vient d'atteindre la quarantaine lorsque la mort lui ravit, à des intervalles rapprochés, sa femme, une fille et un fils.

Il effectue alors un second voyage en Occident au cours duquel il visite la France et l'Italie. De retour dans son pays natal, il fonde en 1901 une école qu'il appelle la "Voix universelle" (Visva-Bhâratî), qu'il transformera en université en 1918. Noble et féconde initiative par laquelle Rabindranath Tagore, cruellement atteint dans ses affections familiales, cherche à combler un vide douloureux. Il se consacre dès lors à guider ses jeunes élèves et à leur communiquer les idéaux de vie qui sont les siens. Lumière, air, contact immédiat avec la nature, progrès intellectuel et moral qui ne soient pas séparés d'un sain développement physique: tels sont les principes de base de son institution philanthropique. Parallèlement, il s'intéresse de plus en plus aux problèmes politiques de l'Inde. Il publie Swadeshi Samaj (Notre état et société, 1904) et plaide pour la non-coopération constructive contre les colons anglais lors du début du Mouvement pour l'indépendance.

En 1913, alors qu'il a à peine dépassé la cinquantaine, on lui décerne le Prix Nobel de littérature. En effet, son recueil de poèmes intitulé Gîtânjali (1910, publiée sous le titre Song Offerings par la Société indienne de Londres en 1912, avec une introduction de W.B. Yeats, et traduit de l'anglais en français sous le titre L'Offrande lyrique par André Gide en 1913) est une révélation pour le monde entier. En 1915 il rencontre la Mahatma Gandhi pour la première fois et s'installe dans le village de Surul, près de Santiniketan.

Le 18 juin 1916, lors d'un séjour au Japon, Tagore prononce son fameux discours condamnant la guerre et le nationalisme, discours qui pour Romain Rolland "marque un tournant dans l'histoire du monde". Tagore veut connaître directement les us et coutumes des différents peuples, et faire passer le message de l'Inde, aussi accomplit-il dès lors de nombreux et fréquents voyages, dirigeant ses pas vers les pays de l'Asie orientale, les Etats-Unis, l'Amérique latine et de nombreux pays d'Europe. Il débat avec Gandhi mais refuse de participer à sa campagne politique. Au début favorablement disposé envers les Anglais, il n'hésite toutefois pas à renoncer en 1919 à son titre de "Sir" lorsque les troubles du Penjab sont brutalement réprimés. En 1930, il donne à Oxford une série de conférences Hibbert qui sont publiées l'année suivante sous le titre La Religion de l'Homme, en même temps que ses Lettres de Russie (1931). En 1932, il se rend en Perse et en Irak, ses derniers voyages à l'étranger.

Sa doctrine religieuse se caractérise par l'universalité qui lui vient de la vision panthéiste de l'univers telle qu'elle est représentée dans les anciennes conceptions panthéistes des Upanishad, et telle qu'elle a été élaborée ensuite par les grands maîtres du "Vedânta". Dans la pratique, elle s'exprime par l'observance de la suprême loi d'amour dont il se fait le propagandiste avec sa parole inspirée, l'ampleur de ses images, la lumière, la force et la noblesse de son style. L'amour, dans sa valeur universelle, est pour lui le principe d'où découle tout bien, et si l'on veut inclure dans une expression unique sa vie et son oeuvre, on peut dire qu'elles sont un cantique d'amour.

La production littéraire de Rabindranath Tagore est abondante et variée. Outre les recueils de chants et les ouvrages de philosophie et de religion, elle comprend également des romans et des nouvelles ainsi que des ouvrages de critique sociale et de politique. Il utilise sa langue natale, le bengali, mais traduit aussi toute une partie de son oeuvre en anglais, langue qu'il possède parfaitement et dont il se sert avec une âme de poète et une perfection d'artiste. Outre L'Offrande lyrique (1910), les oeuvres poétiques les plus remarquables sont Le Jardinier d'amour (1913), La Jeune Lune (1913), Cygne (1916), La Fugitive (1918), Puravî (1925), Le Navire d'or (1932), Post-Scriptum (1932), Patraput (1936), À la lisière (1938) et La Guérison (1941).

Ses poèmes lyriques atteignent aux plus hauts sommets et lui donnent une immense et sincère popularité en Inde. Ses conceptions sur la vie, l'homme, la nature et Dieu sont exposées dans les huits chapitres de Sâdhanâ (Réalisation du but suprême, 1913), qui reprennent des conférences faites à Visva-Bhâratî et à Harvard. De même, sous les apparences du symbole et avec une éclatante richesse dans les images, ses ouvrages dramatiques et ses pièces de théâtre — Râjâ (Le Roi, 1910) et surtout Amal et la lettre du roi (1913) — visent à illustrer sa foi en Dieu et dans le mystère de l'univers. Tagore est également l'auteur de romans parmi lesquels Gorâ (1910), témoignage précieux sur la vie intellectuelle du Bengale dans la seconde moitié du XIXe siècle, et Ghare Baire (La maison et le monde, 1916), son oeuvre de fiction la plus achevée. Ses nouvelles sont parmi les meilleures de la littérature mondiale. Bien que limité à une brève période de sa vie, son livre autobiographique, Jivansmrti (Souvenirs, 1912) présente un intérêt tout particulier.

Rabindranath Tagore est mort à Calcutta le 7 août 1941, à l'âge de 80 ans.

Rabindranath Tagore
L'Offrande lyrique
Mashi